Au sujet de l'auteur

Comme un poisson dans l'eau...

Je n'étais pas encore sec derrière les oreilles que je pratiquais déjà la plongée. Malgré les années, elles sont toujours restées humides, n'ayant jamais quitté le monde aquatique...

Adolescent, je prenais mon masque, mon tuba et mes palmes pour aller "Au Lac" taquiner les perchettes. Plus tard, j'ai fait mon premier baptême de plongée "bouteille" aux Iles Canaries. Depuis ce jour là, j'ai voulu en savoir plus, aller plus profond...

J'ai suivi les différentes étapes de formation pour finalement obtenir le brevet de "Divemaster".  Je suis membre de la PADI (Professional Association of Diving Instructors) mais je n'ai jamais exercé professionnellement. De formation technique, je travaille depuis de nombreuses années comme informaticien à la Direction des systèmes d'information du CHUV à Lausanne. 

Avec plusieurs centaines de plongées à mon actif, la plongée reste pour moi un loisir et ceci jamais au détriment de ma famille, je suis marié et papa de 3 garçons. A 52 ans, je ne me sens pas prêt de lever la palme mais encore les "Pied-lourds"... Et surtout que maintenant, j'ai enfin les oreilles au sec dans mon scaphandre !

La pratique de la plongée autonome

Dans les "abysses du Léman" , film réalisé avec la collaboration de Christian (1993) avec une caméra VHS, remastérisé (2013)
Plongée à Chillon dans le Lac Léman avec mon fidèle binôme Olivier (2017)

Je pratique la plongée sportive depuis plus de 25 ans essentiellement dans le Lac Léman en Suisse et ceci durant toute l'année, été comme hiver. On me demande souvent: "Mais qu'est-ce qu'il y a à voir dans le Lac Léman ?" Eh bien, ce n'est évidemment pas la Mer Rouge ou l'Océan Indien, riches en faune et en flore colorées. Toutefois le Lac Léman reste intéressant par les conditions particulières que l'on y trouve. Avec souvent des conditions de visibilité moyenne, l'absence de lumière en profondeur et une température glaciale, il exige une parfaite maîtrise de soi et de son équipement. Ce sont des plongées qualifiées de sportives et techniques. 

La pratique du  scaphandre "Pieds-lourds"

Durant mes loisirs, j'étudie l'histoire de la plongée autonome de l'antiquité à nos jours. La période des scaphandriers à casque, dit "Pieds-lourds" est particulièrement intéressante et passionnante pour moi.   

Mon premier baptême Pieds-lourds date de 1993 !
Photo : Michel Duperrex - En 2014 avec mon équipement

Pour mettre en pratique la théorie, j'ai acquis un vieux scaphandre et une vieille pompe à bringuebales encore en état de fonctionnement. Ce matériel est resté durant quelques décennies au fond d'un hangar, il a été nécessaire de le remettre en état, de remplacer certaines pièces. Aujourd'hui il fonctionne parfaitement avec l'assistance de mon équipe.

Un rêve d'enfant qui se réalise... 

Nous nous entraînons régulièrement pour acquérir de l'expérience sur l'usage du scaphandre à casque.

LA PRATIQUE DU  SCAPHANDRE

Membre du groupe "4D Umbilical Team"

La découverte des grandes profondeurs

La découverte des grandes profondeurs, - 122 mètres dans le Lac Léman à bord du sous-marin d'exploration le F.A.- Forel en 1993.

Le F.A.-Forel PX-28 est un sous-marin à but scientifique. C'est un petit sous-marin de poche, facilement transportable. Il tire son nom du pionnier dans l'étude des lacs, François-Alphonse Forel. Il a été conçu par le Suisse Jacques Piccard.

Pour la petite anecdote, Jacques Piccard avait amené un thermos de thé et un gâteau truffé, que nous avons dégusté, posé sur la vase, par 122 mètres de fond !

Evénements importants dans ma vie de plongeur

Ma rencontre avec Jacques Piccard

Jacques Piccard (1922-2008) 

Né le 28 juillet 1922 à Bruxelles, fils du physicien Auguste Piccard, Jacques Piccard fait des études d'économie, d'histoire et de physique à l'Université de Genève. En 1952, il travaille avec son père sur la construction d'un bathyscaphe à Trieste. Une première plongée du Trieste, en août 1953, permit d'atteindre la profondeur de 1'080 mètres. En 1960, il devient recordman du monde de plongée sous-marine en descendant à 10'916 mètres dans la fosse des Mariannes, le point le plus profond des océans. Auguste et Jacques Piccard poursuivent leurs travaux et mettent au point le premier sous-marin touristique. Malheureusement Auguste Piccard mourut avant la mise à l'eau du sous-marin baptisé l'Auguste Piccard en sa mémoire. Après le décès de son père, Jacques Piccard poursuit l'œuvre familiale en construisant quatre Mésoscaphes, des submersibles pour moyennes profondeurs. Dès 1966, Jacques Piccard devint consultant pour la recherche sous-marine et un ardent défenseur de la sauvegarde de l'environnement...

The Deepest Dive

Mes camarades de plongée disparus

La "grande époque" de l'équipe Swissub en 1992

Je tiens à rendre un hommage à Lucie Notaro (à ma gauche). Nous avions commencé ensemble nos cours de plongée. Elle n’est pas remontée le vendredi 29 mars 2013. Sa mort accidentelle, encore inexpliquée, a causé un choc dans le monde de la plongée sous-marine, dont elle était une légende. Dernièrement, j'avais repris des cours avec cette grande professionnelle en prévision de faire une équivalence de brevet CMAS P***, condition d'entrée dans une école de scaphandrier professionnel.

Une pensée également à Jacques Bridel, mon camarade de plongée disparu tragiquement dans un accident de voiture il y a quelques années.

Traduire cette page

Copyright 2013 - www.scaphandrier.ch - All rights reserved.